Nouvelles recettes

L'étoile de "Game of Thrones" refusée au BA Business Lounge

L'étoile de



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Maisie Williams, connue pour son rôle d'Ayra Stark dans Game of Thrones, s'est vu refuser l'accès au salon d'affaires de British Airways pour avoir moins de 18 ans.

Même les célébrités doivent respecter les règles et règlements des salons d'aéroport.

Le jeune de 17 ans Game of Thrones l'actrice Maisie Williams s'est vu refuser l'accès au salon d'affaires de British Airways, et non parce qu'elle voyageait avec son fidèle acolyte Needle ; c'est parce que Williams a moins de 18 ans.

Williams, connue pour son rôle d'Ayra Stark dans Game of Thrones, s'est adressée à Twitter pour exprimer ses griefs contre British Airways.

"Refusé du salon d'affaires une fois de plus pour avoir moins de 18 ans et sans adulte… British Airways trie votre merde", a tweeté Williams.

Refusé du salon d'affaires une fois de plus pour avoir moins de 18 ans et sans adulte .. @British_Airways règle ta merde.

– Maisie Williams (@Maisie_Williams) 20 juillet 2014

Williams n'a pas tardé à souligner qu'elle ne croyait pas que sa renommée devrait lui accorder un traitement spécial, mais a plutôt tweeté que «… si les 16-18 ans sont assez grands pour parcourir 5 400 milles à travers le monde, je suis sûr que nous pouvons supporter de rester assis tranquillement. dans ce foutu salon.

C'est juste, jeune Stark.

Je dis juste si les 16-18 ans sont assez grands pour parcourir 5 400 miles à travers le monde.

– Maisie Williams (@Maisie_Williams) 20 juillet 2014

Pourtant, British Airways a fait de son mieux pour présenter ses excuses à Williams.

« Salut Maisie. Nous sommes désolés si vous avez été déçu, les invités du salon doivent avoir 18 ans ou plus. Au plaisir de vous accueillir bientôt.”

Williams, toujours pas entièrement satisfait de la réponse, s'est de nouveau tourné vers Twitter. « Oui .. @British_Airways comprend parfaitement cela, ma question est pourquoi ? Pourquoi peut-on voyager seul sans utiliser le salon ? Cela n'a aucun sens."

British Airways a expliqué que son salon d'affaires est équipé d'un bar gratuit en libre-service qui n'est pas surveillé.

Williams a rangé son épée, et juste comme ça, la bataille de l'accès au salon d'affaires a pris fin.


Ronald Kessler | Gazette de Montréal

Maisie Williams – le garçon manqué Arya Stark sur Game of Thrones – s'est infiltrée dans British Airways, après s'être vu refuser l'accès à leur salon de classe affaires à Heathrow.

Suivez la Gazette de Montréal

365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4

© 2021 Montreal Gazette, une division de Postmedia Network Inc. Tous droits réservés. La diffusion non-autorisée, la transmission ou reproduction est strictement interdite.


Contenu

La série met en vedette Jon Taffer, propriétaire et président de la société de conseil en bars/boîtes de nuit Taffer Dynamics, Inc. [4] Taffer est un propriétaire de bar et de boîte de nuit qui a lancé, transformé ou possédé de nombreux établissements au cours d'une carrière qui s'étend sur plus de trois décennies. Les propriétaires de bars soumettent une demande via le site Web du réseau Paramount pour que leur établissement défaillant soit "sauvé" par Taffer et son équipe d'experts. [5]

Un épisode typique commence lorsque l'équipe de Taffer effectue une reconnaissance et une surveillance sur une barre en difficulté pour déterminer ses faiblesses opérationnelles et de service. Pour la reconnaissance, un ou plusieurs membres de l'équipe et/ou des résidents locaux entrent dans le bar, commandent de la nourriture et des boissons pour évaluer leur qualité et se forger une opinion sur l'atmosphère et le service. La surveillance implique des caméras cachées, pré-installées avec l'accord du propriétaire, à travers lesquelles Taffer et son équipe surveillent la cuisine et les zones de service client. Il se présente ensuite au(x) propriétaire(s) et au personnel pour discuter de ses découvertes, et pour décrire les changements qu'il estime devoir être apportés (gestion, service client, propreté, etc.) afin de rentabiliser le bar. Il examine également les dossiers financiers du barreau pour trouver des économies de coûts possibles. Au cours de ces réunions, Taffer fait preuve d'une attitude brusque, sensée et conflictuelle visant à inciter le(s) propriétaire(s) et le personnel à apporter des changements drastiques à la façon dont le bar est géré - y compris le licenciement d'employés incompétents et/ou malhonnêtes si nécessaire. .

Les membres de l'équipe de Taffer forment le personnel sur les méthodes d'amélioration de la préparation des aliments et des boissons, du service client et de l'efficacité, en se concentrant fréquemment sur une sélection de recettes plus limitée que celle proposée habituellement par le bar. Après la formation initiale, Taffer soumet le bar à un « test de stress » (semblable à une ouverture en douceur), invitant une grande foule de clients afin de déterminer dans quelle mesure le personnel peut utiliser ses compétences nouvellement acquises pour faire face à la pression de une nuit chargée. Il utilise des études de marché, des outils technologiques et des entreprises partenaires pour mesurer scientifiquement les performances du bar. Après avoir discuté des résultats du test de résistance avec les propriétaires et le personnel, Taffer rencontre ses experts pour commencer à concevoir un nouveau concept pour le bar.

Les experts ont soumis le personnel à une deuxième phase de formation plus approfondie, remaniant le menu pour l'adapter au nouveau concept. Une fois cette phase terminée, Taffer ferme le bar pendant quelques jours afin que les équipes de construction puissent repenser l'intérieur. Des travaux de nettoyage en profondeur et de gros œuvre sont effectués si nécessaire. Après le dévoilement du bar rénové (souvent rebaptisé avec un tout nouveau nom ou une variante de l'ancien), Taffer emmène les propriétaires et le personnel faire une visite pour souligner ses nouvelles fonctionnalités. Lors de la grande réouverture, il observe l'amélioration globale alors qu'une grande foule remplit à nouveau le bar.

Un segment épilogue décrit les changements dans le succès ou l'échec du bar depuis la réouverture, à travers une combinaison de texte et d'entretiens avec les propriétaires et le personnel. Les bars ne sont pas tenus de conserver les modifications mises en œuvre par Taffer, et certains sont revenus à leurs noms, concepts et/ou menus d'origine depuis leur apparition dans l'émission.

Les bars présentés dans l'émission sont déjà dans une situation financière et opérationnelle désastreuse au moment où Taffer intervient, ce qui pose un défi important à un redressement. Malgré cela, les données montrent que plus de la moitié des bars présentés, 92 des 166 premiers présentés à mi-parcours de la saison 6, sont restés ouverts, les 74 restants étant incapables de surmonter leurs défis. [6]

SaisonÉpisodesDiffusé à l'origine
Première diffusionDernière diffusion
11017 juillet 2011 ( 2011-07-17 ) 25 septembre 2011 ( 2011-09-25 )
21029 juillet 2012 ( 2012-07-29 ) 30 septembre 2012 ( 2012-09-30 )
34010 février 2013 ( 2013-02-10 ) 4 mai 2014 ( 04-05-2014 )
4585 octobre 2014 ( 2014-10-05 ) 31 juillet 2016 ( 2016-07-31 )
5317 août 2016 ( 2016-08-07 ) 17 septembre 2017 ( 2017-09-17 )
64711 mars 2018 ( 2018-03-11 ) 29 septembre 2019 ( 2019-09-29 )
7161 mars 2020 ( 2020-03-01 ) 13 septembre 2020 ( 2020-09-13 )
8À déterminer2 mai 2021 ( 2021-05-02 ) À déterminer

La série est de Le plus gros perdant producteurs J.D. Roth et Todd A. Nelson pour 3 Ball Productions/Eyeworks US. Spike a annoncé avoir récupéré 10 épisodes de Sauvetage de barre en janvier 2011. L'émission a commencé à tourner en avril 2011. [7] Elle a été renouvelée le 14 septembre 2011 pour une deuxième saison à l'été 2012, [8] à partir de laquelle le premier épisode de cette saison a été diffusé le 29 juillet. 3 de l'émission créée le 10 février 2013. Le 9 mai 2013, Spike TV a renouvelé Sauvetage de barre pour une quatrième saison de 20 épisodes supplémentaires. [9]

Le 21 mars 2014, Spike TV a commandé 20 épisodes supplémentaires de Sauvetage de barre. [ citation requise ] Le 27 juin, Taffer a annoncé sur sa page Facebook qu'il commencerait à tourner 30 épisodes pour la saison 4 après un voyage d'une semaine à Paris. [10] La première moitié a été créée le 5 octobre 2014, tandis que la seconde moitié a été créée le 8 février 2015. Le 30 mai 2015, Taffer a annoncé sur sa page Facebook qu'il avait terminé le tournage de la saison 4. Il a été annoncé que les épisodes restants de la saison 4 serait diffusée à partir du dimanche 21 juin 2015. [11]

En mai 2015, Taffer a annoncé la saison 5, avec au moins 20 épisodes, sur sa page Facebook, [12] avec une mise à jour de Spike, publiée en juillet 2016, qu'ils avaient augmenté la cinquième saison à un total de 30 épisodes. [13]

Une sixième saison a été annoncée avec une date de début le 11 mars 2018. [14]

Le 2 mai 2019, la série a été renouvelée pour une septième saison avec 12 épisodes. [15] Le déploiement de la septième saison de mars 2020 à juin 2020 a été victime d'un timing malheureux, commençant au premier pic de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis. En raison des commandes à domicile dans tout le pays et des restrictions sur les plats à emporter sans alcool imposées à l'industrie, la majorité des bars présentés dans la saison n'ont pas pu profiter de l'augmentation de la publicité post-épisode généralement offerte aux vedettes. barres. Il a également effectivement gelé le spectacle indéfiniment de tout futur tournage ou planification d'une huitième saison présumée, et la dernière moitié de la septième saison a été remplie avec une série d'émissions de clips catégorisant certains sauvetages en thèmes.

Finalement, la série est revenue en production pour sa huitième saison avec une saison entièrement à Las Vegas, en raison de l'impact de la pandémie au Nevada sur l'industrie hôtelière de la région. [3]

Les bars présentés dans l'émission sont déjà dans une situation financière et opérationnelle désastreuse au moment où Taffer intervient, ce qui pose un défi important à un redressement. Près de la moitié des bars présentés, 74 des 166 premiers présentés à mi-parcours de la saison 6, n'ont pas pu surmonter leurs défis. [6]

Par exemple, les changements apportés par l'émission au Downey's Irish Pub, présenté dans l'épisode « Downey's and Out » du 24 juillet 2011, n'ont pas suffi à empêcher une vente du shérif prévue le 2 août 2011, en raison des 2,4 millions de dollars dus au ville de Philadelphie et la banque Wells Fargo, y compris 125 881 $ en privilèges commerciaux, salaires, alcools et autres taxes. [16] Breakwall (de l'épisode de la saison 1, "Beach Bummer") a fermé en janvier 2012. [17] Swanky Bubbles de la saison 1, après être revenu à son titre original, a également fermé ses portes. [18] Le premier bar sauvé de l'émission de la saison 2, Piratz Tavern, est revenu à son thème de pirate d'origine [19] et fermerait plus tard en avril 2015 (voir ci-dessous). L'os de poulet, Canyon Inn, Angry Ham's Garage, Weber's Place, [ citation requise ] Le Brixton, ZanZbar [20] Stand Up Scottsdale !, et KC sont revenus à leurs noms d'origine. [21] L'os de poulet a ramené son menu précédemment populaire, tandis que Angry Ham a remplacé les éléments impopulaires par des éléments précédemment populaires de son menu d'origine. J.A. de la saison 2 Murphy's a été vendu par les propriétaires peu de temps après la rénovation, devenant ainsi un restaurant mexicain. [22] Stand Up Scottsdale est revenu à son nom d'origine en raison de problèmes pour devenir une franchise de The Laugh Factory.

Rocket Room 6 à Austin, Texas, a repris son ancien nom, The Brixton, 6 semaines après sa relance. [23] Le propriétaire a continué à utiliser les médias sociaux pour insulter les critiques qui ont été documentés dans l'émission, bien que le bar n'ait pas été fermé. [24]

La Rocky Point Cantina à Tempe, en Arizona, a fermé ses portes après qu'une repeinture de la barre a déclenché une inspection du code, qui a révélé des années de modifications du bâtiment qui avaient été achevées sans permis de construire. Le propriétaire du bar a choisi de fermer le bar plutôt que de mettre son immeuble au code. [25]

Taverne des Pirates Modifier

La Piratz Tavern sur le thème des pirates à Silver Spring, Maryland, qui avait été rebaptisée Corporate Bar and Grill par Taffer, a annulé tous les changements que Taffer a apportés au bar peu de temps après le tournage de leur épisode. Le propriétaire a publié une vidéo YouTube intitulée "Piratz Revenge", montrant le panneau "Corporate" créé par l'équipe de Taffer se faisant tirer dessus et brûlé en effigie. [26] La vidéo a été fortement détestée par les téléspectateurs de YouTube et a obtenu une note positive de seulement 4 %. Taffer de leur décision : « Si vous aviez un concept de pirate qui avait échoué pendant cinq ans et que vous aviez un nouveau concept, reviendriez-vous au concept qui a échoué pendant cinq ans ou essayeriez-vous quelque chose de nouveau ? Cela défie la logique que quelqu'un revienne à un concept (échoué) simplement parce qu'ils n'aiment pas le nouveau nom." [19] Les propriétaires ont blâmé la "publicité négative" sur le spectacle. Piratz a été revisité dans le cadre de l'épisode du 5 avril 2015, dans lequel Taffer qualifie le bar d'"échec épique", et le propriétaire a demandé un deuxième sauvetage. Cependant, moins d'une semaine après la première de l'épisode revisité, Piratz a décidé de fermer ses portes pour de bon. Dans un épisode de "Back to the Bar", les propriétaires ont fait amende honorable avec Taffer et ont annoncé qu'ils prévoyaient d'ouvrir un nouveau bar, Bar Refuge, au cours de la prochaine année en Floride. Ils sont également apparus aux côtés de leur fille dans l'épisode "Getting Freaky at the Tiki" en tant qu'espions de reconnaissance pour The Tiki Lounge. [ citation requise ]

Échec de LABrewCo Modifier

Le sauvetage le plus coûteux de Taffer a également entraîné son plus gros échec. Sa visite à la Los Angeles Brewing Company au cours de la saison 4 l'a vu investir 1 million de dollars dans la mise à jour du bar, qui comprenait l'installation d'un robinet de bière en libre-service et d'un système de brassage interne, destiné à permettre au bar, qui était rebaptisé LABrewCo, pour commencer à servir sa propre bière. Quatre mois après le sauvetage, il a été découvert que le système de brassage n'avait jamais été utilisé, le robinet libre-service a été débranché et le propriétaire avait annulé les modifications apportées aux robinets du bar et au menu. De plus, le permis d'alcool de LABrewCo avait été suspendu et l'entreprise avait été mise en vente. [27]

Tout au long de la série, Taffer est sorti d'un bar sans le sauver à trois reprises.

Bar O'Face Modifier

Le premier débrayage de Taffer était le bar O'Face sur le thème de la bande-annonce à Council Bluffs, Iowa dans l'épisode de la saison 3 "Punch Drunk and Trailer Trashed". Les propriétaires, Matt et Karen, ont nommé le bar d'après une expression vulgaire et se sont livrés à un comportement terrible envers leur personnel. Dans l'un des moments les plus tristement célèbres de Bar Rescue, Matt et Karen ont répondu à une bagarre entre membres du personnel en licenciant la victime, la barmaid Cerissa, au lieu de son instigatrice, la manager Amanda, parce qu'elles aimaient davantage Amanda. Jon était furieux et a failli être laissé sur place. Les propriétaires ont fait amende honorable en licenciant Amanda et en s'excusant auprès de Cerissa, mais cela a coûté une journée de formation.

Leur traitement des clients n'était pas beaucoup mieux. Matt a refusé de donner aux clients la recette de leur shot O'Gasm signature et le barman Dave était irresponsable avec le feu. Après un stress test abyssal, ils ont perdu encore plus de temps à se chamailler et à drame familial. Karen a blâmé le gardien de sécurité Syck, l'une des seules personnes honnêtes du bar, pour ses lacunes. Karen avait également un problème d'alcool et portait sa propre cloche pour sonner quand elle voulait plus d'alcool. (L'ensemble du personnel a bu au travail, mais pas à l'extrême Karen affiché). Elle avait une attitude moche, refusait d'accepter la responsabilité personnelle et blâmait habituellement Matt, qui à son tour réprimandait quiconque la harcelait.

Une autre scène mémorable montrait le personnel et les propriétaires occupés à se disputer dans l'arrière-boutique au lieu de s'entraîner, tandis que Jon et ses experts attendaient en vain au bar. Jon a dû aller dans l'arrière-salle, interrompre le combat et énumérer chaque action qui a abouti à sa décision de déclarer leur bar indigne d'être sauvé.

La goutte d'eau pour Jon a été sa vérification des antécédents du personnel, qui a révélé des preuves d'actes criminels, une vidéo de Matt giflant Dave et offrant à Syck une augmentation pour le jeter à travers une fenêtre. Matt n'a montré aucun remords. Jon a refusé de s'impliquer ou de risquer sa réputation pour des personnes avec un tel manque de moralité et de professionnalisme. Il a refusé de sauver leur bar et est sorti, disant à Matt et Karen qu'ils avaient besoin d'une aide psychiatrique et de conseils matrimoniaux plus qu'ils n'avaient besoin d'un sauvetage de bar. Un Matt furieux a crié à Syck tandis que ce dernier a donné ses dernières pensées. Syck a ensuite été licencié et Amanda réembauchée. Dans un épisode de suivi de "Back to the Bar", Jon a appris que les propriétaires du bar l'avaient remodelé, mais sa représentation négative et son identité de marque épouvantable étaient inchangées. Les ventes de boissons et de nourriture n'étaient pas améliorées (Matt n'avait en fait aucune idée de leurs chiffres de vente), bien que Matt ait fait preuve de promesse en supprimant un habitué qui a agi de manière inappropriée envers une espionne.

En février 2016, Matt a été arrêté et a ensuite plaidé coupable d'abus sexuels au deuxième degré et d'agression avec intention de commettre des abus sexuels sur un employé du bar O'Face. Il a été condamné à deux ans de prison, mais l'accusation a été suspendue à 90 jours suivis de 2 ans de probation, 20 ans de libération conditionnelle et l'obligation de suivre un programme de traitement pour délinquants sexuels à condition qu'il respecte son accord de plaidoyer. Matt a purgé sa peine de prison en avril de la même année, mais peu de temps après, il a de nouveau été arrêté et renvoyé en prison pour ne pas s'être enregistré en tant que délinquant sexuel. En 2021, O'Face Bar est toujours en activité.

Retour à la deuxième base Modifier

Le deuxième débrayage de Jon a eu lieu dans l'épisode de la saison 4 "Second Base, Third Strike". Cela a commencé comme un nouveau sauvetage planifié de la deuxième base sur le thème du baseball à Orange, en Californie (l'épisode précédent "Bikini Bust", quand il s'appelait Extremes Sports Bar).

Au début, Gary, qui a été promu directeur à la fin de "Bikini Bust", semblait être en faute car il ne semblait pas faire son travail et accusait les bars à succès à proximité d'avoir volé des clients. À un moment donné, Gary est devenu si agité qu'il a poussé un mur de soutènement. Au lieu de cela, Jon a découvert que le propriétaire Terry n'a pas donné à son personnel les outils ou les fonds nécessaires pour faire fonctionner son bar, a constamment remplacé les anciens barmans par de nouveaux qu'il n'a même pas rencontrés et a abandonné le menu et les changements d'uniforme de Jon.

Terry a investi tous les fonds de Second Base dans un nouveau bar (soi-disant) plus performant au lieu d'apporter des améliorations ou même de couvrir les dépenses d'exploitation de base de Second Base. Il a refusé d'écouter les critiques et a critiqué Jon et son expert Lisamarie Joyce. Malgré cela, il s'attendait toujours à ce que Jon vienne et sauve à nouveau son bar sans effort personnel. Jon, avec son insistance caractéristique sur la responsabilité du propriétaire, n'avait aucune intention de coopérer avec cette notion. Après un test de résistance que Jon considérait comme l'un des pires qu'il ait jamais vus, il a donné un ultimatum à Terry : il remodelerait le bar, mais seulement si Terry engageait lui-même 30 000 $ de la dépense. Terry a maintenant affirmé que son nouveau bar n'avait pas assez de succès pour soutenir la deuxième base et a refusé. En colère, dégoûté et déçu parce que l'un de ses concepts de bar préférés avait été ruiné, Jon a appelé Terry un seau de boue et est parti. La dernière excuse de Terry à Jon était qu'il aurait accepté de contribuer au nouveau remodelage s'il avait eu l'argent, ce à quoi Jon a répondu à Terry qu'il aurait eu l'argent s'il avait dirigé Second Base de la bonne manière. Jon a cependant promis d'aider le personnel de Second Base à trouver de nouveaux emplois. [ citation requise ]

Quartier Noir Modifier

Le troisième débrayage de Jon était le Black Light District sur le thème du punk rock à Long Beach, en Californie, dans l'épisode "Drunk on Punk" de la saison 4.

Le propriétaire Dave a refusé d'accepter toute modification du bâtiment, de la carte des boissons ou des choix musicaux. Il ne jouait que du punk rock, considérant tout le reste comme "à vendre". Il a clairement indiqué qu'il préférait avoir son bar à proximité plutôt que de jouer un autre genre. Il a fait preuve d'un ego immense, allant jusqu'à insulter les clients qui critiquaient la musique avec Jon et le mixologue Phil Wills. Il s'est moqué de la tentative de Phil de préparer un menu de boissons à base de fruits qui s'est bien vendu dans d'autres bars à thème musical.

Le bassiste des Vandals, Joe Escalante, qui a agi en tant qu'espion de reconnaissance, a souligné que même s'il aimait lui-même le punk rock, il s'agissait d'un genre spécialisé peu susceptible de maintenir un bar en activité à lui seul. Au lieu de critiquer les connaissances ou la logique d'Escalante, Dave a choisi de répondre par une attaque personnelle. Il s'est moqué du « pull de grand-père » d'Escalante et a laissé entendre que le vétéran de la scène punk de 35 ans était trop vieux pour « devenir » punk. Le bassiste insulté a quitté l'épisode. Le seul changement qui intéressait Dave était l'ajout d'une cuisine. Jon a trouvé cela ridicule puisque Dave ne pouvait même pas diriger correctement un bar. Le bar de Dave était sale et il s'est avéré plus un obstacle qu'une aide pendant le test de stress. Lorsque Dave a dit à Jon de partir, insistant sur le fait qu'il savait mieux, Jon s'est joyeusement exécuté. Le personnel, en particulier l'investisseur rejeté Gabe, a été consterné par l'attitude apathique de Dave et l'espoir que Jon a emporté avec lui.

Poursuite Modifier

Jon et Nicole Taffer, ainsi que la société de production de l'émission Bongo LLC, ont été poursuivis par le Dr Paul T. Wilkes du Bar 702 (anciennement Sand Dollar). Dans l'épisode "Ne plaisante pas avec la femme de Taffer", Wilkes frappe Nicole et Jon lui crie dessus en représailles. Cependant, Wilkes a déclaré que les producteurs lui avaient ordonné d'être sordide et de faire des commentaires offensants sur les femmes, et lui ont envoyé un texto pour "Hit on Mrs. Taffer hardcore !!" Après que Wilkes l'ait fait, Wilkes déclare que Taffer a appelé la salle de contrôle pour leur dire de prendre un verre près de l'endroit où il avait l'intention d'affronter Wilkes, afin qu'il puisse le lui jeter au visage, et a dit à un collègue : « Maintenant, je suis va vous montrer pourquoi mon émission est numéro un." Selon Wilkes, Taffer est venu le confronter et lui a montré des images de ses cassettes d'audition, dans lesquelles il insultait la façon dont Taffer s'habillait. Taffer a ensuite agressé physiquement Wilkes, ce qui a entraîné une bagarre, entraînant l'effondrement de Taffer en hyperventilation sur le sol. Wilkes a déclaré qu'il souffrait de détresse émotionnelle et de symptômes tels que migraines, nausées, vomissements, terreurs nocturnes, crises de larmes, dépression grave et crises d'anxiété à la suite de la confrontation. [28] [29] En date du 11 août 2017, l'affaire a été rejetée avec préjudice à la demande du Dr Wilkes après avoir été réglée en arbitrage pour un montant confidentiel. [ citation requise ] En conséquence, l'épisode "Don't Mess with Taffer's Wife" n'est plus diffusé en rediffusion sur Paramount Network ou n'apparaît plus sur le site Web et les applications du réseau.

Sauvetage à Nashville/Meurtre de Wayne Mills Modifier

Pendant l'enregistrement de la saison 3, Taffer a visité BoondoxXx BBQ & Juke Joint à Nashville, Tennessee et a travaillé avec le propriétaire Chris Ferrell, réputé pour son tempérament chaud. Le bar sauvé a été renommé Pit & Barrel et l'épisode mettant en vedette le bar devait être diffusé le 24 novembre 2013, mais la nuit précédant la diffusion de l'épisode, Ferrell a été arrêté par la police de Nashville pour avoir tiré et tué le chanteur country Wayne Mills pendant un argument à l'intérieur du Pit & Barrel remodelé. Spike a immédiatement retiré l'épisode de son premier créneau initialement prévu aux heures de grande écoute. Cependant, il n'a pas réussi à supprimer la rediffusion de l'épisode diffusée trois heures plus tard à 1 h HE/22 h. PT à partir de son système d'automatisation de la diffusion, il était donc toujours diffusé. Le réseau a attiré des critiques pour l'erreur, à la lumière des circonstances. Depuis sa diffusion accidentelle, l'épisode n'a jamais été rediffusé, bien qu'il ait été distribué sur des sites Web de partage de fichiers.

Ferrell a été jugé pour le meurtre de Mills et a affirmé qu'il avait agi en état de légitime défense, affirmant que Mills avait violé la règle anti-tabac du bar et avait menacé de le tuer avec une bouteille de bière cassée. Le jury a reconnu Ferrell coupable de meurtre au deuxième degré en mars 2015 après un procès longtemps retardé [30] et il a été condamné à une peine de 20 ans sans possibilité de libération conditionnelle. Le verdict et la peine font l'objet d'un appel. [31]

Au Royaume-Uni, l'émission est diffusée sur 5*, à partir du 8 janvier 2014. Elle a depuis déménagé sur le Spike Channel britannique depuis que Viacom a acquis Channel 5 UK. Il est également diffusé aux Pays-Bas sur Spike. En Suède, Sauvetage de barre est diffusé quotidiennement sur TV12 et TV4 Fakta XL. En Italie, le spectacle s'appelle Bar d'incubo (Bar du cauchemar). Il est diffusé quotidiennement sur Cielo TV et Italy Spike Channel.


La cuisine télé saute de la poêle à frire, dans les stéréotypes

Quand les chefs sont-ils passés du statut de distractions à l'heure du thé que l'on trouvait habituellement en train de préparer des dîners assez reconnaissables avant le début des savons à leur statut désormais presque quasi religieux sur nos écrans ? Les chefs et les aspirants culinaires arrosent de leur jus partout dans les programmes télévisés, des heures de grande écoute au samedi matin, avec un sérieux grave généralement réservé au dernier drame de tueur en série, vous faisant regretter les jours simplistes où la tête désincarnée de Loyd Grossman flottait autour du vieux Studios Masterchef alors qu'il poussait du poulet cru.

La nourriture et son jugement ont maintenant toute la vénération du reportage de guerre. Dans des émissions telles que Chef cuisinier, Le grand menu britannique, Excellent chef et Netflix Le tableau final, les concurrents se regardent au-dessus des brûleurs d'araignées et se bousculent avec du sergé d'une manière plus intense que la scène de la roulette russe dans Le chasseur de cerfs. Le tableau final est le plus récent ajout au livre de recettes déjà éclatant de la télé. Il oppose des équipes de chefs d'élite les unes contre les autres alors qu'ils «déconstruisent» ou créent leurs propres versions de plats classiques de neuf pays différents, jugés par un panel de chaque pays, puis évalués s'ils peuvent continuer dans la compétition par un chef établi. de cette nation.

C'est l'Eurovision culinaire ou un voyage dans une aire de restauration particulièrement arrogante, bien que ce qui pourrait être une prémisse divertissante soit tellement imprégnée d'exaltation et de chauvinisme déplacés qu'il en devient involontairement hilarant.

Vue plongeante

Le studio, avec ses énormes écrans enveloppants affichant une vue divine de la Terre, fait ressembler le décor à une station spatiale de la Nasa ou à une cuisine Death Star conçue par Nancy Meyers. Avec sa partition sonore en plein essor de Hans Zimmer et les visuels effrayants du drapeau du pays choisi flamboyant sur les écrans géants, il a amené le culte de la nourriture aux niveaux de vanité de Nuremberg. La table finale est le salon gastronomique du nouvel ordre mondial. Parfois, on a l'impression que le public enragé du studio assiste à un programme entièrement différent, alors qu'il applaudit de manière démente et crie hystériquement, agissant comme s'il assistait à un match de la WWE ou à un rassemblement républicain, sans regarder deux gars à lunettes d'Espagne blanchir des carottes.

Cette folie est présidée par le présentateur Andrew Knowlton, ancien rédacteur en chef de bon appétit magazine, qui se penche sur les clichés culturels, offrant des mots d'esprit sur l'épisode sur le thème du Royaume-Uni comme "Les Britanniques aiment la bière, le football et la bière" avant de présenter un jury incongru composé de Cat Deeley, Gary Lineker et Jay Rayner. Le trio clignote dans les lumières de Klieg et a l'air aussi perplexe que les téléspectateurs le ressentent. C'est comme si les producteurs les attrapaient dans le salon d'affaires de la BA avant de les pousser sur le balcon électronique (juste pour compléter le thème totalitaire) qui s'élève au-dessus des candidats pour que les juges puissent surveiller leur travail et chanter. Ne pleure pas pour moi Argentine si l'humeur les prend.

Le ridicule de la mascotte croquante de Walkers, Gary Lineker, critiquant la nourriture d'un chef primé pour être «trop salée» résume l'absurdité unique du spectacle. Pendant ce temps, le seul candidat britannique, le chef écossais Graham Campbell, est obligé d'avoir des sous-titres pour se faire comprendre par le public américain, tandis que le Canadien Darren McClean s'inquiète à haute voix de sa "saucisse de malheur" sans aucune trace d'ironie.

"Fry up" emblématique

Les juges demandent aux candidats de préparer l'emblématique « fry-up », car il s'agit apparemment non seulement du repas le plus anglais, mais également de l'un des repas les plus importants de l'histoire anglaise. Avec une telle hyperbole démente à propos d'un tas de viandes graissées, il arrive un moment où vous vous attendez à moitié à ce qu'une cavalcade de saucisses géantes et d'œufs à la coque fasse irruption dans le studio pour reconstituer les débarquements du jour J.

Bien que le moment le plus surréaliste soit réservé à la fin de l'épisode, lorsque le chef professionnel semble juger les concurrents restants et choisit un ingrédient de base associé à leur pays pour que les duos préparent un plat. Cette annonce voit la foule et les concurrents applaudir sauvagement avec des applaudissements enthousiastes alors que les projecteurs se concentrent sur un énorme bol de petits pois. Au garde-à-vous, la chef étoilée Clare Smyth les regarde avec une fierté patriotique comme s'ils étaient sur le point de prononcer un discours déterminant pour leur carrière.

Le tableau final est le sommet des salons de l'alimentation, une compétition qui a élevé les chefs à un niveau d'importance semblable à celui des leaders mondiaux, mais peut-être qu'ils sont sur quelque chose. Peut-être que si nous donnions une chance aux pois, les choses pourraient changer avec le Brexit ? Dieu sait qu'un paquet de Birds Eye Finest contient plus de vie et de compassion que Jacob Rees-Mogg. Le tableau final, avec sa prétention et sa préciosité, crie à quelque anarchie artisanale. Espérons qu'il ne faudra pas longtemps avant que les proles se révoltent et se régalent de Findus Crispy Pancakes.


En tant que star de "Elf", cela n'a fait qu'ajouter à l'humour que le personnage de Will Ferrell était tellement plus grand que tous les autres elfes et personnages du film. L'acteur et comédien est également connu pour son travail dans des films comme “Anchorman” et “Old School,” ainsi que pour son parcours de sept ans sur “Saturday Night Live.”


Partager Toutes les options de partage pour : le bateau lent de la WWE vers la Chine

Comme tant de jeunes fans, Bin Wang a d'abord découvert la WWE en ligne. Il était au collège lorsqu'il a commencé à regarder des vidéos mettant en vedette son lutteur préféré, The Rock - ou "Strong Boulder Forest" ("Jùshí Qiáng Sēn"), comme il est connu en mandarin. "À cette époque, je pensais que c'était une très bonne compétition sportive", a déclaré Wang depuis le salon exécutif du Shanghai Marriott, "et si je pouvais devenir lutteur, ce serait une chose honorable." À seulement 48 heures de la réalisation de son rêve, Wang, net et vêtu d'un short de sport noir et d'un t-shirt, semblait équilibré et réservé.

Wang a passé la majeure partie des quatre dernières années à lutter sur le circuit japonais, mais cette année, le natif de la province d'Anhui de 6 pieds 3 pouces et 220 livres a déménagé au WWE Performance Center à Orlando après avoir signé un contrat de développement. Au Japon, où l'industrie de la lutte professionnelle est beaucoup plus forte, les médias l'ont qualifié de "premier talent chinois depuis 4 000 ans".

En Chine, en moins de trois mois, Wang est déjà le deuxième média social de la WWE, selon la WWE, derrière John Cena. Néanmoins, la place instantanée de Wang dans la hiérarchie de la WWE en Chine le montre clairement : tout comme Hollywood l'a appris ces dernières années, il existe un vaste potentiel commercial inexploité en Chine. Pour Bin Wang, devenir le symbole de l'expansion internationale est un processus continu.

"Il fait beau. Le style de vie n'est pas mauvais et les méthodes d'entraînement sont bonnes », a déclaré Wang à propos de son séjour à Orlando. « L'entraînement en Amérique est très vigoureux. Et il y a un bon environnement.

Bien que devenir une superstar de la WWE puisse apporter gloire et richesse, déménager aux États-Unis pour poursuivre la lutte professionnelle a ses difficultés. « Au début, [mes parents] ne me soutenaient pas tellement », a déclaré Wang. "Mais après m'avoir regardé et vu mon succès, ils ont progressivement approuvé ce que je faisais."

La barrière de la langue est gênante pour Wang, qui n'a pas d'interprète à temps plein et étudie l'anglais, même s'il trouve cela difficile. "Je sens que je suis encore en train de m'adapter, toujours dans une phase lente", a-t-il remarqué. Et bien qu'il apprécie la disponibilité des hamburgers, des steaks et des poitrines de poulet - des options de menu relativement rares en Chine - la nourriture a toujours été son plus grand ajustement. « Je veux manger des herbes chinoises. La cuisine chinoise me manque le plus.

La lutte est fausse, mais les blessures sont réelles

"Le public chinois adore un héros local", a déclaré Jay Li, qui est soigneusement vêtu de boutons de manchette, d'un costume et d'une cravate. Li est le premier directeur général de la WWE et vice-président de la Grande Chine, et tandis que Bin Wang a été le premier citoyen chinois à signer un accord de développement, sept autres l'ont fait par la suite, six hommes et une femme, un mélange de multi-athlètes, stars du CrossFit , et les lutteurs mongols. Signer des prospects est une chose, les développer dans la prochaine Cena en est une autre. This hasn’t always been so easy with previous Asian WWE signees such as the Great Khali, Último Dragón, and Taka Michinoku.

A Middlebury College graduate born in China, Li spent years working in management consulting and the sporting goods industry. He joined the WWE in April because “it’s the perfect blend of sports and entertainment,” Li said. “And it’s also one of the few remaining global sports entertainment franchises that have not completely attracted the Chinese audience yet. So the potential of developing this brand here in China is tremendous.

“For the fans who already follow us and like us, we have an incredible amount of loyalty,” Li continued. He acknowledged, however, that WWE “also struggle[s] with being relatively new with the general audience.”

The WWE, which opened a Shanghai office in 2007, is now in more than 180 countries. When I spoke with him recently, George Barrios, WWE chief strategy and financial officer, said doing business in China is “a little more complicated in a lot of ways.” In speaking of the country’s scale, he added, “Complexity doesn’t come from entertaining the fans. It’s the operational complexity.”

One of the biggest challenges in penetrating the Chinese market is the generational divide. In the U.S., pro wrestling has roots going back a century. “If you think about how people become wrestling fans, it’s generation passed down to generation,” Li explained. “It’s American kids growing up watching wrestling with their parents. … We do not have that benefit here in China.”

Ho Ho Lun, a 29-year-old Hong Kong native, experienced this. He has wrestled professionally for nine years and was a WWE Cruiserweight Classic participant. “My parents don’t know WWE,” Lun said.

To overcome this, the WWE values storytelling. “If you look across the globe, every culture has the same story archetype,” Barrios said, citing mythologist and writer Joseph Campbell. “A hero emerges. A hero is challenged. A hero finds a mentor. A hero finally overcomes. … We see the same thing in China.”

“Everybody loves a good story,” Li agreed. Growing up in China, his biggest escape was reading kung-fu novels. “You pick up the books, you forget about your homework because you just got drawn into the story line. And WWE is no different. I think the Chinese fans respond to this: good versus evil, the turncoats, the betrayals, the loyalties, and the underdog stories.” He also compared the WWE’s training, athleticism, skill, and scripted entertainment appeal to that of movie stars like Bruce Lee and Jackie Chan, who have widespread followings in China.

“Whether it’s Guerres des étoiles, Jeux de la faim, kung fu, or WWE, that story resonates,” Barrios said. “Our fans get it.”

To spread awareness, WWE focuses on social media. According to Barrios, WWE is the largest sports network on YouTube and the largest sports brand on Facebook. YouTube, Facebook, Twitter, and Instagram, however, are blocked by the Great Firewall of China. In hindsight, Barrios regrets not focusing on China-specific platforms sooner, such as Sina Weibo, a microblogging website with more than 220 million monthly users Youku Tudou, a video platform with roughly 600 million users and WeChat, an instant messaging platform with more than 800 million users.

To remedy this, WWE China has increased its local social media efforts. And owing to a recently signed agreement, China is the first market where Brut et SmackDown are distributed by a digital company — PPTV, a sports content platform with more than 400 million users. “Our strategy in China, even more than in any other market, is digital first,” Barrios said. This deal also brings content to Chinese audiences in real time, something that historically required days or weeks.

They’re also producing more programs and short-form content with subtitles and voice-overs for Chinese audiences. Speaking Mandarin at a Shanghai news conference to announce the deal, Cena said, Brut et SmackDown “will speak Chinese, not use English. Therefore, Chinese people can understand even more. This is a first-rate opportunity for the WWE.”

With the successes of American exports like Amis, La théorie du Big Bang, Game of Thrones, and the Marvel movies, it’s part of a broader trend: “American pop culture in general is gaining a huge amount of influence amongst Chinese fans. The younger generation is hungry for Western content,” Li said. “WWE is such a classic piece of Americana.”

Perhaps the most noticeable modification in adapting WWE to the Chinese market is the vernacular, incorporating both English and Mandarin. Randy Orton’s nickname, for example, is translated locally to Dúshé (“The Viper”), but his move is not — the RKO is still the RKO. Triple H is known as Wáng Dà Chuí — “Big Hammer King.” Cena, who has impressed Chinese audiences with his Mandarin-speaking ability, is called Xǐ Nà, using Xǐ, the word for happy. “[It’s] a very feminine Chinese nickname and Chinese fans loved it,” Li said. He said it’s important to understand “knowing when to be tongue-in-cheek and comical, and when to be literal.”

Barrios explained why he’s optimistic. “The biggest opportunity is just the growing middle class in China. … And the growing amount of disposable income. And if you’re an entertainment company, you need significant disposable income to be successful.” Overlooking the Huangpu River, the Park Hyatt Shanghai hotel, unimaginable a couple of decades ago, exemplifies how quickly China’s economy expanded. The hotel is located in Shanghai’s Pudong district, which today has modern, heaven-touching skyscrapers, but in the late 1980s was occupied by paddy fields, residential homes, and small commercial buildings.

WWE representatives see today as an inflection point for future growth in the Middle Kingdom. With the organization’s international capabilities evolving, its brand growing, Chinese consumers open to Western content, and the government backing the sporting industry, Barrios said, “All that comes together and 2016 is the start of the kind of next era for us.”

“We’re not going to stop here,” Li said. “We’re going to bring more live events here in the future. Multiple live events per year, and we’d like to get to a point where we start to have a regular tour in China.”

Signing Bin Wang was a start. The other Chinese wrestlers they’ve signed since are a measure of their plans. “Gradually, more people will think this is a good sporting event,” Wang said. “And many people will watch it and like it and become fans.”

Will WWE’s Reboot Work?

In 2010, the WWE had to paper the Shanghai arena to find an audience for the debut of this alien entertainment option. This year, though, on a Saturday night in September, there were 8,000 fans in attendance, a small illustration of the potential of the 1.36 billion–person market.

It was Jie Wang’s first live event. Wang, an auto-parts worker who made the 120-mile trip from Hangzhou City to Shanghai, said in Mandarin that he likes the WWE because “their performances are very strong. Additionally, they are good friends off stage, but competitors on it. I think their spirit is very good, and they look very good.”

Clad in all-black shoes, pants, and T-shirts, the 23-year-old is particularly fond of Roman Reigns, who’s known in China as “Roman Dàdì,” or “Roman the Great.” As another fan walked by with a replica championship belt, Jie Wang said, “Very beautiful.”

During the third match of the evening, Bin Wang — performing as Tian Bin — was introduced to huge cheers — a big pop, as it’s known in the business. And the cheers continued as he power-slammed Bo Dallas to get the three count. Fans chanted, “Jia you! Jia you!” It’s a popular Chinese chant roughly meaning “you can do it!” The literal translation is “add oil,” making it perfectly apt for the world of wrestling.

Chinese fans are absorbing the vernacular of the American fan, too. During a triple-threat match in which Kevin Owens defended the Universal Championship against Sami Zayn and Seth Rollins, numerous times the crowd chanted in English, “This is awesome! C'est génial! This is awesome!”

During one match, a father in the stands asked his son, “Shì zhēnde háishì jiǎde?” (Translation: “Is it real or fake?”)

“Fake,” the boy of about 12 years responded, smiling, as if in the know.

During the ensuing match, the father-son debate continued.

“This is real,” the father said.

“It is real,” the boy responded, convinced.

In a later match, the son’s belief was affirmed when spit was voluminously discharged from Braun Strowman’s mouth. The boy turned to his father and said, “It is real.”

Joshua Bateman is based in Greater China. He can be reached @joshdbateman.


CRAFT BEERS

Gin, Peach Schnapps, Pineapple Juice & Apple Juice

Jameson & an Ole Smoky Pickle Moonshine back

Ole Smoky Peanut Butter Whiskey, Crème de Fraise & Black Walnut Bitters

Pie Shot
$9
That drink you had that one time at Dragon Con

Apple Juice, Grain Alcohol & Secret spice blend

Whiskey, Sugar, Cherry, Orange & Angostura Bitters

Warhead-infused Wheatley Vodka, St. George Raspberry Liquor, Lemon, Simple, Sprite & Sour Sugar Rim

Ole Smoky Watermelon Whiskey, Don Q Coconut Rum, Strawberry Purée, Sugar & Lemon

Gin, Blue Curacao, Fiorente Elderflower liqueur, Simple, Lemon Juice & Sprite

Sparkle Donkey, Reposado, Brovo Orange liqueur, Lime, Agave, Prickly Pear Syrup & Lime Bitters

Rainbow Dash
$9
It needs to be 20% cooler

Wheatley Vodka, Cotton Candy Syrup, Apple Juice & Lemon Juice

House-Infused Strawberry Hibiscus Gin, Domaine de Canton Ginger Liqueur, Combier Rose Liqueur & Apple Bitters

Vodka, Orange Juice, Cranberry Juice, Lemon Juice, Creme de Fraise (Strawberry liqueur), Peach Schnapps & Sprite

Goslings, Don Q Cristal, Orgeat, Falernum, Grenadine, OJ, Lime, Tiki Bitters & flaming cinnamon with charcoal sugar rim

Tito's VodkaHouse-Infused Pineapple Jalapeno Tequila, Brovo Orange Liqueur, Lime & Agave

Midori, Vanilla Vodka, Brovo Orange Liqueuer, Lemon, Honey & Sprite

Svedka Clementine Vodka, Blue Curacao, Simple, Lemon & Juicy Juice Orange Tangerine

Ketel One Vodka, Housemade Mixed Berry Shrub, Lemon, Soda & Sprite

Lit Vodka, Thai Tea, Raw Sugar Simple, Vanilla Heavy Cream & Cinnamon

Du sang pour le dieu du sang
$10

Christian Bros Sacred Bond Brandy, St. George Raspberry Liqueur, Lemon, Simple & Orange Bitters


Monday briefing: Thomas Cook goes bust, stranding thousands

Good morning briefers. I’m Martin Farrer and these are the top stories on a very busy Monday morning.

Thomas Cook has finally gone bust after last-ditch talks failed to provide £200m in new funding for the stricken travel company, placing 9,000 jobs at risk in Britain alone and triggering the biggest peacetime repatriation effort to help 150,000 stranded holidaymakers. The Civil Aviation Authority announced at 2am that the company, the world’s oldest travel firm, had ceased trading and that all related flights and bookings had been cancelled. You can follow all the latest developments on our live blog here. The company’s chief executive, Peter Fankhauser, said the collapse was a “matter of profound regret” and he apologised to the company’s “millions of customers, and thousands of employees”. Boris Johnson hinted at possible government action against directors of travel firms who presided over bankruptcies. With Thomas Cook planes grounded, a huge plan – codenamed Operation Matterhorn – will swing into effect today to bring travellers home. British Airways and easyJet will be among the airlines providing aircraft to repatriate people stranded abroad in destinations from mainland Europe to north Africa, the Middle East, the US and the Caribbean. Hundreds of thousands of Thomas Cook customers from other countries are also facing uncertainty.

You can find the the answers to all your questions about what happens now in our Q&A here. And read an analysis from our business staff on how online competition and massive debts finally proved too much for the venerable company founded in 1841, which has more than 500 shops on Britain’s high streets and employs thousands more people overseas.

Labour clash – Pro-European Labour MPs have succeeded in forcing a vote at the party conference today on whether the party should campaign for remain in the next general election. Jeremy Corbyn has tried to neutralise the contentious issue by saying the party won’t decide until after it forms a government. But rebel MPs and activists have managed to bring a motion at the conference in Brighton that sets them on a collision course with the leader. On Sunday, activists voted for a radical policy to abolish private schools.

Phoebe Waller-Bridge with her three Emmys. Photograph: Monica Almeida/Reuters

‘This is just getting ridiculous’ – British stars have dominated the Emmy awards in Los Angeles overnight, with Phoebe Waller-Bridge winning three gongs for her series Fleabag as it swept the comedy accolades. The programme that started life as her one-woman show in Edinburgh was judged best comedy series, and she also won for best writing and best actress, the latter a surprise win ahead of much-tipped Julia Louis-Dreyfus for Veep. As she began her third winner’s speech she said: “This is just getting ridculous.” She could also claim a hand in another award when her writing for Killing Eve helped Jodie Comer win best actress in a drama series. Ben Whishaw was handed the best supporting actor prize for A Very English Scandal and John Oliver won for his talk series Last Week Tonight. Game of Thrones was nominated for 32 awards and came away with the prize for outstanding drama series and a best supporting actor for American star Peter Dinklage. Here’s a full list of winners and you can also read how the night unfolded.

PM to NYC – Boris Johnson arrived in New York for the UN general assembly overnight but has been fielding questions on several fronts on his way. First, he played down speculation that he might make a breakthrough on Brexit this week when he holds a series of meetings with European leaders also attending the summit. He claimed that EU leaders might not “necessarily have an attachment to the backstop”, but conceded there were still “gaps and difficulties”. The PM also told reporters on his flight to the US that the government now believes Iran was responsible for the drone attack on Saudi oil facilities earlier this month, raising the possibility that the British military could become involved in helping secure the Saudis against future aggression. And he also had time to deny six times giving his friend Jennifer Arcuri access to taxpayers’ money for her business.

‘No time to lose’ – Still in New York, the climate science body United in Science has warned world leaders gathering for the UN summit that countries must at least triple their carbon emissions targets if the world is going to limit global heating to 2C. The report says current plans would lead to a rise in average global temperatures of between 2.9C and 3.4C by 2100. Severe heatwaves, record-breaking wildfires, declining sea ice and glaciers, cyclones, floods and drought, have all hit sooner and harder than predicted a decade ago, it says, and the period 2014-19 has been the warmest five-year-period on record. UN secretary general António Guterres, who presides over the climate action summit this week, says “we have no time to lose”.

Housing crisis – An estimated 8.4 million people are living in unsuitable housing, making them more likely to experience homelessness, serious debt and poor health . A survey of 40,000 people for the National Housing Federation estimated that 3.6 million are living in an overcrowded home, 2.5 million are unable to afford their rent or mortgage and 2.5 million cannot afford to move out of house shares or their parents’ house. Another study today shows that the number of empty houses in Britain increased by almost 11,000 to 216,000 last year.


Voir la vidéo: Jai terminé: de George. MARTIN Game of Thrones (Août 2022).